Rencontre autour de Maurice Mazalto, 24 et 25 mai 2016

Le Groupe d’Innovation Pédagogique et Educative / RECit38 est convaincu que l’architecture et l’aménagement des locaux scolaires peuvent refléter des intentions éducatives.

Maurice Mazalto, proviseur de lycée honoraire, membre des CEMEA, est spécialiste de l’articulation entre le bien être, réussite des élèves et aménagements des espaces scolaires.

Le GIPE a rencontré Maurice Mazlato les 24 et 25 mai 2016, afin d’engager un premier travail de réflexion concernant l’architecture et les aménagements.

L’école remplit deux fonctions :

  • Permettre la transmission des savoirs

  • ET la socialisation

Deux fonctions indissociables et interactives : si on ne se sent pas bien à l’école, on n’a pas envie d’apprendre.

L’espace scolaire n’est jamais neutre. Il matérialise les conceptions éducatives (s’ils en ont!) , conscientes ou pas, des différents intervenants : collectivités locales, bureaux d’étude, maîtres d’oeuvre…

Le bien-être à l’école, des enfants, des jeunes et des adultes, favorise la réussite éducative, c’est à dire : la transmission des savoirs et la socialisation.

Le bien-être s’inscrit dans les pratiques et se lit dans les espaces.

Qu’est-ce qui favorise le bien-être à l’école ?

1- Accueillir la personne et le groupe

L’enfant, reconnu comme une personne. Et les parents.

2- Développer l’apprentissage de l’autonomie

3- Favoriser des relations apaisées pour installer le vivre ensemble.

Que chacun puisse trouver sa place dans l’espace scolaire. Ce qui ne veut pas dire sans tensions.

1) Les espaces d’accueil

  • Le parvis = relation entre le monde extérieur et intérieur.

Ce qui permet d’arriver dans le monde de l’éducation. Espace transitionnel. On peut accueillir tout en évitant les problèmes d’intrusion.

  • La clôture

Pas forcément du grillage : mur végétal par exemple.

Espace pour accueillir les parents, à l’entrée.

  • Signalétique

  • Fontaine, distributeurs

  1. L’aménagement des espaces communs pour favoriser la socialisation et le vivre ensemble

  • La cour de récréation

  • Des « territoires » qui différencient les activités

Pour différencier les activités calmes, pour se poser, jouer, … En fonction des besoins physiques et physiologiques des enfants.

En deux ou trois dimensions. Certains aménagements coûtent très peu !

Ex : marelle, circuit, petite maison, tapis synthétique, tente, tables et bancs, gradins, différence de niveaux (terrasses)

    • Des territoires qui favorisent les activités qui mettent le corps en mouvement (activités toniques)

Ex : « fausse rivière » peinte, avec pont et poissons pour déambuler et imaginer plein de choses.

    • Permettre des activités en relation avec la nature

      • Introduire la nature : jardin pédagogique, vivarium, hôtel à insectes…

      • Un poste d’observation des nichoirs à oiseaux installés sur un toit végétalisé (école primaire dans l’Yonne)

      • Mare pédagogique (école Yonne)

      • Clôture végétalisée ; création d’espaces « intimes », en cercle, semi-clos par des végétaux, avec des bancs au centre

      • Cour végétalisée en partie (bacs …), pergola

      • Club jardinage , compost

      • sable en hauteur

  • Réfléchir à l’introduction du numérique

  • Travail en petits groupes

  • Accompagnement personnalisé

  • Equipement mobile ; modularité

  • Investir des espaces inutilisés jusque là

Quelques précautions :

  • Supprimer les espaces générateurs de bousculade et d’agressivité (sinon ça pousse à sanctionner, spirale négative) : prêter attention aux couloirs ; circulation avec des espaces de « respiration » (ex : « niches dans les couloirs).

  • Eviter les lieux avec beaucoup d’élèves en situation d’attente.

A l’intérieur aussi, on peut trouver la notion de « territoires » : territoire intérieur créé par exemple par une structure en fer (ou bois) sous laquelle on trouve table et bancs.

Réggion Emilia : créer des espaces affectifs.

  1. La restauration : facteur de meilleur climat scolaire

  • Self : initiation à l’autonomie, et rythme pas imposé : chacun mange à son rythme.

  • Tables rondes

  • Claustras et autres éléments pour baliser l’espace

  1. Les toilettes

Toilettes individuelles. Soigner l’intimité. Un miroir (surtout au collège!).

  1. Recueillir la parole. Faire une place à l’expression artistique

Ex : en Seine St Denis : mur de parole avec des tubes colorés, 2 faces ; permet d’écrire des mots.

CG 93 : enfants de l’école pris en photo, apparaissent en transparence sur des vitres intérieures.

Souvent on est plus dans l’esthétisme que dans le beau.

Claude Nicolas Ledoux, architecte du 18e siècle : la qualité du cadre de vie conditionne la pensée et le comportement.

Autres points divers :

Point d’attention important : travailler avec toutes les parties prenantes, les enseignants et y compris les enfants.

Souvent, la circulation est négligée : il s’agit seulement d’aller d’un point à l’autre.

Le numérique bouscule l’organisation de l’espace : il faut anticiper, penser cette dimension.

Privilégier ce qui est léger, peu coûteux, évolutif.

L’espace ne modifie pas la pédagogie, mais il peut venir en appui ; il est au service de l’éducatif.

Utilisation d’espaces autrement que par du scolaire :

  • Ecole dans l’Yonne : accueille le centre de loisirs

  • Espaces parents

  • Centre de documentation ouvert au public (ancienne abbaye ; financement par Conseil Général).

Apporter des réponses sécurisantes mais non sécuritaires.

Pays nordiques : « playscapes » = cours de récréation avec beaucoup de nature.

Penser, pour la construction des bâtiments ou les jeux, à des matériaux non inertes : paille, terre, bois.